Visite du Petit Père Lachaise 20 mai 2019.

   Ouvert en 1787, c'est le plus ancien cimetière rémois et l'oeuvre de Nicolas Serrurier. Auparavant, les défunts étaient inhumés autour de la cathédrale. Pour des questions d'hygiène et sur l'injonction de Louis XVI, les cimetières sont ensuite éloignés des centres. De 1 hectare au début, le Cimetière Nord a atteint sa plus grande extension (6 ha) en 1856.    A l'entrée, la Chapelle Sainte Croix, commencée en 1787, manifeste le goût à la grecque de l'époque avec ses colonnes doriques.    De nombreuses tombes mériteraient d'être citées, soit pour leur intérêt esthétique, soit pour la notoriété des défunts. Notre guide nous a montré celle du Chevalier de Rougeville, qui a tenté de faire sauver Marie-Antoinette et celles des grandes familles rémoises (Drouet d'Erlon, Veuve Cliquot, Simon, Charbonneaux, Fossier, Langlet ...)    Nous avons tous été frappés par le tombeau que René de Saint-Marceaux a fait élever à ses parents ("Sur le chemin de la vie") et avons terminé la visite devant le très beau gisant de l'Abbé Miroy, fusillé en 1871, sculpté par le même architecte. A présent, l'original se trouve au Musée des Beaux Arts et a été remplacé par une copie en résine grâce à l'association de Mme Lucette Turbet.