Café Philo du 7 mai 2019.

Une citation du penseur et homme politique du XIXe siècle Henri Lacordaire fut le point de départ de notre réflexion : « Entre riches et pauvres, c’est la liberté qui opprime, le droit qui libère ». Nous en avons souligné le caractère paradoxal, puis rappelé que l’absence de droit équivaut à la loi du plus fort ! De nombreuses questions ont ensuite fusé et ont donné lieu à débats. Quelles sont les origines du droit, les rapports de force dans la société n’en sont-ils pas le moteur, la justice n’a-t-elle pas pour rôle de concilier les droits des particuliers avec l’intérêt général, comment éviter les excès de la liberté individuelle, n’y a-t-il pas des cas où la révolte contre la loi est légitime ? Tous les présents ont pu prendre la parole et s’exprimer librement, sur ce sujet éthique et social, sous la direction bienveillante de Didier Martz qui recadrait nos réflexions et les enrichissait de références précises.