ALC Reims, Les dernières infos :



Visite de la Synagogue 29 avril 2019

La synagogue, lieu de rassemblement et de prière, a été construite au XIX° siècle et comporte (curiosités !) un orgue et une chaire qui ne sont pas utilisés. Au premier étage de l'édifice, une tribune est réservée aux femmes. Notre guide a évoqué l'étoile de David, la menorah (chandelier à 7 branches), et le talit, châle de prière, utilisé pendant le shabbat, comme la kippa. Les rouleaux de la Torah (5 premiers livres de la Bible hébraïque) ont été présentés dans leur étui brodé sur le large autel qui permet de les accueillir. Ils sont rangés debout au fond de la synagogue et sortis au moment des cérémonies. Les hommes en cantilent (chantent) alors certains passages. Si la France de la Révolution fut pour les juifs un modèle de reconnaissance, leur histoire est malheureusement jalonnée de périodes sombres rappelées par des stèles. L'accueil chaleureux de Mme Sillan, que nous remercions vivement, a permis aux participants de bien saisir les particularités de la religion juive.

 


A la rencontre d'Anton TCHEKHOV, 2 avril 2019.

Aimez-vous Tchekhov ? Il semble que oui. Plus de 40 de nos membres sont venus assister à la lecture théâtralisée de 4 de ses nouvelles (Chez le coiffeur, Mort d’un fonctionnaire, Raté, Dans le noir) que leur ont présentées Catherine Fournier et Jean-Pierre Barrault. 4 petits chefs-d’œuvre de réalisme et de malice parmi les 350 qu’il a écrits en plus de ses grandes comédies ! Nos deux intervenants, très complices, ont voulu rendre hommage au talent et la générosité de cet auteur qui a renouvelé l’art du théâtre. Leur jeu sobre mais expressif a bien mis en valeur la drôlerie et les subtilités de ces textes qui peignent avec humourla réalité russe mais aussi l’humanité profonde. Le public, très à l’écoute, a beaucoup apprécié et applaudi cette prestation très plaisante et inédite.


L'Ecomusée Champenois d'OEUILLY, 28 mars 2019.

Bien agréable après-midi que celui que nous avons passé à OEUILLY où un retour dans un passé, pas si lointain, nous était proposé. La splendide Maison Champenoise bâtie en 1642 nous a permis de découvrir le cadre de vie d’une famille de vignerons au début du vingtième siècle. Le cellier avec le four à pain, la baratte en bois et la machine à laver de 1904 nous a particulièrement intéressés avec les explications savoureuses de notre guide. Nous avons parcouru quelques rues pittoresques du village pour une halte qui s’imposait au Musée de la Goutte où un alambic de 1850 trône dans la distillerie. A l’étage, l’atelier du tonnelier montre son outillage complet.

La dernière étape de la visite nous a menés à l’Ecole 1900 dont la salle de classe avec son estrade, de vrais pupitres d’écoliers, les encriers , le bonnet d’âne, nous a permis de retrouver un cadre peu différent de celui que nous avons pu connaître lorsque nous étions un peu plus jeunes… Une surprise nous attendait pour terminer cette sympathique visite : nous avons dû nous glisser, non sans mal parfois, sur les bancs des pupitres, prendre une plume, la tremper dans l’encrier pour une dictée du Certificat d’Etudes. C’est tous nantis de notre Certificat d’Etudes Primaires, décerné par L’Ecomusée Champenois d’Oeuilly, que nous sommes repartis, enthousiasmés par cette visite.

D'autres photos sont visibles dans le Menu Photothèque.


L'atelier de Jérôme WATIER à Seringes-et-Nesles, 22 mars 2019.

Jérôme Watier est l’un  des meilleurs ouvriers de France  en sculpture sur bois. Il assure des prestations de sculpture ornementale (décoration de meubles, des boiseries, des objets décoratifs…..) et des travaux en ronde-bosse ( reproduction de statues, pièces d’instruments de musique…..) Cette double compétence lui permet d’intervenir sur des chantiers très diversifiés : particuliers, professionnels, monuments historiques. M. Watier s’oriente vers des travaux en art sacré : mobilier d’églises, statues.


Café-philo du 4 mars

Doit-on être philosophe pour participer à nos cafés-philo ? Nullement. Notre dernière rencontre avec Didier Martz avait pour thème  « former-déformer, informer-désinformer ». Après avoir défini ces 4 notions, cherché des synonymes, nous nous sommes demandé quelles étaient les limites d’une formation, d’une éducation. Mais aussi pourquoi et comment on pouvait les dépasser sans les altérer, et comment se mettre en situation de recevoir une information en gardant son esprit critique. Les exemples, surtout actuels, ne manquent pas ! Ainsi chacun vient avec ses connaissances, ses observations, sa façon de voir, Didier Martz nous aide à approfondir le sujet et de cette confrontation sort un nouveau savoir, une nouvelle vérité. La prochaine rencontre le mardi 7 mai aura pour thème la Loi, il y aura encore de quoi réfléchir !