ALC Reims, Les dernières infos :



: IMPORTANT -> La discussion autour d'un livre prévue le 13 juin est annulée.

La journée découverte à Saint Denis

 

LA BASILIQUE-CATHEDRALE DE SAINT DENIS

Chef-d’œuvre de l’art gothique et dernière demeure des rois de France, cette ancienne abbaye de Saint-Denis regroupe sur son site des siècles de l'histoire artistique, politique et spirituelle de la France.

Conçue par l'abbé SUGER, personnage politique influent, achevée au XIIIe siècle sous le règne de Saint Louis, construite sur la tombe de saint Denis, premier évêque de Paris mort vers 250, la basilique de Saint-Denis accueille dès la mort du roi Dagobert en 639 et jusqu’au XIXe siècle, les sépultures de 43 rois, 32 reines, 63 princes et princesses et 10 grands serviteurs du royaume.

Cette nécropole des rois fait partie des ensembles funéraires les plus importants au monde. 70 gisants et tombeaux sculptés se trouvent dans la basilique - pour la plupart à leur emplacement d’origine. Les restes des rois étaient placés sous les gisants, avant que les révolutionnaires ne les profanent en 1793.

En 1966, la basilique est élevée au rang de cathédrale.

La découverte de la nécropole royale de Saint-Denis constitue un véritable voyage dans l'Histoire de France et un témoignage sans pareil de l'évolution de l'art funéraire du XIIe au XVIe siècle.

 

LE STADE DE FRANCE

Depuis son inauguration en 1998, ce Stade de 80 000 places accueille les plus grands évènements sportifs français et internationaux, des compétitions de haut niveau, des concerts gigantesques et des spectacles musicaux de grande ampleur.

Durant 1h30, un guide passionné et passionnant nous a fait découvrir les coulisses de la plus grande enceinte sportive et culturelle de France : des différentes tribunes en passant par les loges, la salle de presse, la salle d’échauffement, les vestiaires, et bien d’autres endroits encore (parfois insoupçonnés comme la « prison » pour les supporters un peu trop violents !) Il nous a livré toute son histoire, de son architecture unique et des stars qui sont passées par là.

Le clou de la visite : L’entrée des « stars d’un jour » – en l’occurrence aujourd’hui les 54 adhérents d’ALC !! – par le tunnel donnant accès à un gazon impeccable, à faire rêver tous les jardiniers….

Regroupés en deux files distinctes, nous avons été invités à rejoindre la pelouse au petit trot sous les applaudissements à tue-tête lancés par le guide.

Nous avons pu également découvrir un « petit musée de trois salles » qui retrace la construction et les souvenirs des grands évènements accueillis jusqu’ici.


Le Château de Pierry

Edifié à partir de 1734 par Monseigneur De CHOISEUL - Marquis de BEAUPRÉ – Lieutenant Général des Armées du Roi, le « Château de PIERRY » est l’expression du charme, de la classe et de l’harmonie des demeures seigneuriales du XVIIIè siècle.

Aujourd’hui propriété de Jean-Paul GOBILLARD, cette maison de plaisance est étroitement liée à l’histoire du champagne.

50 de nos adhérents ont eu le privilège de pouvoir visiter les appartements privatifs, les salons de réception, la galerie des Rois de France (70 portraits) et des dynasties du champagne , le jardin anglais, un grenier champenois, un cellier-musée pressoir et un ensemble de caveaux aménagés sur le thème l’évolution du machinisme manuel de 1750 à 1950.

La visite s’est terminée par une dégustation fort appréciée dans le parc du château sous un soleil magnifique !


Le ravin du loup

Une découverte : le Wolfschlucht

Connaissez-vous le Ravin du Loup ( Wolfschlucht ) ? A quelques kilomètres au nord de Soissons, dans une vallée verdoyante, se dissimule un ensemble impressionnant de 475 bunkers qu’Hitler a fait construire dès novembre 1942 en prévision d’un débarquement allié sur la Manche. En 18 mois 22000 ouvriers – prisonniers de guerre, requis, volontaires – ont déversé des milliers de tonnes de béton dans ce trou de verdure aux frais de l’Etat Français ! Et installé un gigantesque centre de communications. Parfaitement camouflés ces bunkers étaient invisibles du ciel et indestructibles. Hitler voulait commander lui-même la contre offensive depuis ce quartier général avancé : mais il n’y est venu qu’une seule fois, le 17 juin 1944, pour stimuler Rommel et Von Rundstedt à qui il reprochait de ne pas stopper les Alliés, et il en est reparti le lendemain, craignant d’être coupé de ses lignes arrière ! Ces constructions n’ont finalement servi que très peu de temps : évacuées par l’armée allemande, elles ont été prises sans combat par les Alliés le 1er septembre 1944, puis utilisées par l’Otan, enfin par l’armée française, jusqu’en 1995. C’est le seul QG construit par Hitler qui ne fut pas détruit. La population environnante n’a jamais su à quoi pouvaient servir ces constructions…

Nous y avons été reçus par l’association de bénévoles qui entretient depuis 2007 ce stupéfiant lieu de mémoire peu connu. C’est là que le 26 août 1944 fut bloqué l’ordre d’Hitler de bombarder Paris libéré avec des V1 ! De quoi méditer sur l’absurdité et la folie des hommes…   

JPB                                                                                                       


Au revoir Edith

Message de notre Présidente :

Bonjour à toutes et à tous,

Même si je la savais très malade, c'est avec stupeur que j'ai appris en début d'après-midi le décès d'EDITH. On l'a tellement vue se battre qu'on pouvait espérer qu'elle s'en sortirait encore une fois. Mais, cette fois, le destin en a malheureusement décidé autrement.

Je l'ai vue mardi dernier à la clinique Courlancy, j'ai pu lui parler, même si - il est vrai - elle semblait très fatiguée et beaucoup moins battante, mais j'étais loin de penser qu'elle nous quitterait aussi vite.

Au nom de l'association j'ai déjà adressé mes condoléances à sa famille.

AB

Samedi 13 mai


Les mémoires de l'industrie

Une bien belle visite

Un petit groupe de nos adhérents a visité l’exposition «  Les mémoires de l’industrie » qui se tient à la bibliothèque Carnégie jusque fin juin. Le travail industriel n’a pas toujours été mis en valeur, il était important de le redécouvrir alors qu’il s’efface de notre cadre de vie. Organisée par l’APIC, Interbibly la Région Grand-Est, cette exposition itinérante, montre l’importance du tissus industriel dans notre région et plus particulièrement à Reims jusqu’à la Grande Guerre. Plusieurs panneaux mettent en valeur l’industrie textile ( plus de 20000 ouvriers ) , le succursalisme (Les Docks rémois, les Comptoirs français, les Goulet-Turpin), le développement des Cités-jardins, la création du Parc Pommery qui accueillait le Collège d’athlètes, les verreries et fabriques de bouchons liées au champagne. En particulier une grande carte de Reims en 1894 permet de découvrir l’implantation de toutes ces usines et entrepôts au cœur même de notre cité.  

Nous remercions vivement notre guide, monsieur Henrion, un des commissaires de cette exposition, pour la richesse, la clarté et la précision de ses explications. Que ceux qui ne sont pas venus ne ratent pas cette exposition !